01 62 24 48 78 | Propriétaire & Avis | A qui est ce numéro ?

Numero de téléphone : 01 62 24 48 78

( +33162244878 , 00 33 1 62 24 48 78)

A Propos du 01 62 24 48 78

Statistiques
Niveau de Danger :
0%
Nombre d'avis : 0
Dernier Commentaire : Aucun commentaire Ajouter un commentaire
Visite
Nombre de visites : 25
Dernière visite : 15/07/2024
Nombre de Visite des 30 dernier jours

Donner votre avis sur le 01 62 24 48 78

Commentaires a propos du 01 62 24 48 78

Aucun commentaire n'a été publié concernant ce numéro jusqu'à présent

Indicatif : Ile de France (Paris)
Comment écrire le numéro 01 62 24 48 78
01 62 24 48 78 0162 24 48 78
0033162244878 +33 162 24 48 78
0162.24.48.78 +33 1 62 24 48 78
+33162244878 00.33.162.24.48.78
+33.162.24.48.78 0033 1 62 24 48 78
0033 162 24 48 78 0033.162.24.48.78
Existe-t-il des lois régulant les appels publicitaires ?

Oui, en effet, il existe des lois qui régulent les appels publicitaires. En France, le dispositif Bloctel permet aux consommateurs de ne pas être démarchés téléphoniquement par les professionnels avec lesquels ils n’ont pas de relation contractuelle en cours. Ce service est gratuit pour les consommateurs et est mis à disposition par le gouvernement. Selon la loi, les entreprises doivent impérativement respecter ce registre. Elles ont l'obligation de retirer de leur fichier de prospection les numéros inscrits sur Bloctel. Le non-respect de cette obligation peut faire encourir aux entreprises des amendes pouvant aller jusqu'à 75 000 euros. Par ailleurs, des règles sont également définies par le Code de la consommation et le Code des postes et des communications électroniques. Ces textes dressent le cadre légal du démarchage téléphonique et précisent notamment que toute personne physique a le droit de s'opposer gratuitement et à tout moment à la prospection directe. Ainsi, il ressort que les appels publicitaires sont bien encadrés par la loi. Toutes les entreprises qui se livrent à cette pratique doivent s'y conformer sous peine de sanctions. Sources : - Article L223-1 du Code de la consommation - Art. L34-5 du code des postes et de la communication électronique - www.service-public.fr, "Bloctel : pour bloquer les démarchages téléphoniques indésirables", mis à jour le 29 septembre 2021.

Comment puis-je me protéger contre les appels indésirables ?

Il existe plusieurs façons de se protéger contre les appels indésirables. Tout d'abord, il est recommandé de s'inscrire sur la liste d'opposition au démarchage téléphonique Bloctel. C'est un service gratuit proposé par le gouvernement français qui permet de refuser la réception d'appels commerciaux. Secondement, ne divulguez pas votre numéro de téléphone librement. Si vous participez à des concours ou remplissez des formulaires en ligne, vérifiez qu'il y a une option pour refuser le démarchage téléphonique. Autre option à envisager : utiliser un médiateur. Certaines entreprises proposent des services qui filtrent les appels indésirables. De plus, il est possible d'bloquer manuellement les numéros indésirables sur la plupart des téléphones mobiles. Consultez le manuel de votre téléphone ou cherchez en ligne pour savoir comment faire. Enfin, si vous continuez à recevoir des appels malgré toutes ces précautions, vous pouvez porter plainte auprès de la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés (CNIL).

Quels sont mes droits face au démarchage téléphonique ?

Vous avez plusieurs droits face au démarchage téléphonique. Le droit de refuser : Vous êtes en droit de refuser tout démarchage téléphonique. Il est recommandé de dire clairement et sans équivoque à l'appelant que vous n'êtes pas intéressé pour mettre fin à la conversation. Le droit à l'information : L'entreprise qui vous contacte doit clairement vous identifier et vous expliquer la raison de son appel. Si vous êtes abonné à une liste d'opposition au démarchage téléphonique comme Bloctel, la société ne devrait pas vous contacter sauf si vous avez explicitement donné votre accord. Le droit à l'opposition : Vous pouvez vous inscrire gratuitement sur la liste d'opposition au démarchage téléphonique Bloctel. Après vous être inscrit sur cette liste, il est interdit pour les entreprises de vous démarcher téléphoniquement, sauf exceptions. Le droit de porter plainte : Enfin, si vous continuez à recevoir des appels de démarchage téléphonique après vous être inscrit sur Bloctel, ou si l'appelant ne respecte pas vos autres droits, vous avez le droit de déposer une réclamation auprès de la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF). A noter qu'en cas de manquement à ces règles, les entreprises peuvent être sanctionnées par la DGCCRF. Pour plus d'informations sur Bloctel, vous pouvez consulter le site officiel: https://www.bloctel.gouv.fr/

Comment les technologies comme l'IA sont-elles utilisées pour combattre les appels indésirables ?

L'intelligence artificielle (IA) joue un rôle essentiel dans la lutte contre les appels indésirables. Elle agit principalement par l'identification et le filtrage de ces appels. L'IA peut reconnaître les schémas récurrents qui signalent un appel indésirable. Par exemple, elle peut détecter les nombres inhabituels de numéros bloqués, l'utilisation répétée du même numéro pour un grand nombre d'appels, ou les appels effectués à des moments non conventionnels. Ces modèles de comportement sont des signes indiquant qu'un appel est probablement indésirable. Le fleuron de l'IA dans ce domaine est la technologie de reconnaissance vocale. L'IA peut être formée à reconnaître certaines phrases, accents ou modèles de discours couramment utilisés par les télévendeurs ou les fraudeurs téléphoniques. En outre, l'IA peut apprendre et s'adapter en fonction de nouveaux schémas d'appels indésirables. Par exemple, si un nouveau numéro commence à appeler de nombreux utilisateurs avec le même discours, l'IA peut rapidement détecter ce comportement et bloquer les appels futurs. L'IA peut également interagir avec l'appelant pour confirmer s'il s'agit ou non d'un appel indésirable. Par exemple, certaines technologies peuvent poser des questions pré-établies à l'appelant et, en fonction de ses réponses, décident d'accepter ou de rejeter l'appel. Plusieurs entreprises comme Google et Apple intègrent des fonctionnalités basées sur l'IA dans leurs systèmes d'exploitation pour aider les utilisateurs à se protéger contre les appels indésirables. Par exemple, l'application téléphonique Google utilise l'IA pour prévenir les utilisateurs des appels de spam présumés. Pour une utilisation plus spécifique, des applications tierces utilisent aussi l'IA pour bloquer ces appels indésirables. Plusieurs de ces applications sont disponibles sur le marché français, comme "RoboKiller" ou "Truecaller" qui analyser les flux d'appel entrant pour en distinguer les indésirables et les bloquer.

Y a-t-il des statistiques ou des tendances concernant les numéros les plus fréquemment signalés comme indésirables ?

En effet, certaines études statistiques soulignent des tendances dans les numéros les plus fréquemment signalés comme indésirables. La tendance générale est que les numéros commençant par certaines séries de chiffres, comme les 089 ou 097, sont souvent considérés comme suspectes. Ces numéros sont généralement liés à des services surtaxés, des arnaques ou des démarchages commerciaux abusifs. Dans le détail, les numéros commençant par 09 sont très souvent sollicités par les télévendeurs et les services clientèles de différentes entreprises. Les numéros en 08, quant à eux, sont principalement liés à des services surtaxés, et peuvent donc être suspectés d'arnaques. Il est intéressant de noter que les numéros courts, de 4 à 6 chiffres, sont également souvent signalés. Ceux-ci sont généralement liés à des services de SMS surtaxés. Pour conclure, il est nécessaire de faire preuve de vigilance face à tous les appels de numéros inconnus, et particulièrement ceux commençant par 08, 09, ou des numéros courts. En cas de doute, il est conseillé de ne pas répondre et de signaler le numéro à l'organisme compétent. Ces informations peuvent être confirmées par des sources officielles comme le site de l'Agence nationale des Fréquences (ANFR), ou celui de l'Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse).